Fermer

Pour toute demande d'information, merci de nous contacter au 01 42 71 92 57 ou de remplir le formulaire ci-dessous

Message bien envoyé

Votre demande d'information est bien transmise, nous vous répondrons dans les plus brefs délais

Réforme de l’orthographe : explications de texte

Suppression de l’accent circonflexe, disparition du trait d’union ou bien encore modification partielle de l’orthographe de certains mots : voici les principaux points de la réforme évoqués ces derniers jours. Les polémiques furent telles que vous n’y avez sans doute pas échappé : la mise en place d’une nouvelle réforme de l’orthographe est sur toutes les lèvres et les débats font rage. 

Dans cet article, nous reviendrons donc sur les enjeux de cette réforme afin de démêler le vrai du faux et nous apporterons un regard un peu plus large sur ce que masque cette focalisation sur l’orthographe. Enfin, nous vous donnerons la position défendue par les Cours Legendre à Distance et vous expliquerons en quoi la stabilité nous paraît la solution la plus sage à adopter.

En quoi consiste la réforme de l’orthographe ?

Cette réforme est certes apparue sur la place publique ces derniers jours mais elle n’est que la mise en application d’un texte datant de 1990 et les préconisations qu’elle comporte ont été adoptées dès 2008 dans les programmes scolaires de français. Contrairement à ce que certains pensent, ces évolutions de la langue française ne s’inscrivent pas dans le cadre de la réforme du collège et ne sont pas non plus une décision de l’Education nationale. C’est avant toute chose un choix des différents éditeurs de manuels scolaires que de procéder à ces modifications, la manne commerciale que cela représente est non négligeable…

La rforme de l'orthographeExemples de mots concernés par la réforme :

L’actuel « oignon » pourra s’écrire « ognon », « nénufar » étant accepté à la place de « nénuphar » et d’autres encore.

En réalité, ce sont plus de 2 400 modifications qui interviennent et autant de mots qui se voient ainsi dotés de deux orthographes acceptées à partir de la rentrée 2016. Certains internautes en sont même venus à lancer sur les réseaux sociaux un hashtag #JeSuisCirconflexe !

Les réactions à la publication de cette réforme se sont très vite embrasées et ont dépassé très largement le cadre de la langue et de ses évolutions. Entre ceux qui considèrent l’orthographe uniquement comme un outil de sélection sociale et ceux qui l’appréhendent comme le garant de l’identité française, les positions dépassent largement le cadre scolaire. Concentrons-nous donc sur ses enjeux concernant l’apprentissage de la langue et sa maîtrise.

Un écran de fumée sur la baisse des performances en français

Dans une certaine mesure, se focaliser sur l’orthographe finit par jeter un écran de fumée sur des interrogations plus larges liées à l’apprentissage de la lecture, de la grammaire, de la conjugaison et plus largement du français.

Adoptons donc un champ de vision plus large pour échapper au phénomène « de surface » que représente cette réforme par rapport aux obstacles plus profonds que rencontre une grande partie des élèves et à la baisse générale du niveau en français dans les écoles.

A ce titre, on observe par exemple grâce à une enquête de 2011 que 26% des élèves en CM2 ont des acquis fragiles ou encore insuffisants. Les élèves plus âgés sont dans une situation qui n’est guère plus enviable : 37% des élèves français âgés de 15 ans se situent aux 2 plus bas niveaux (sur une échelle de 6) de compréhension en culture de l’écrit.

Ces difficultés se manifestent aussi bien dans la lecture, l’écriture, la compréhension des énoncés, la construction des phrases ou bien encore la richesse du vocabulaire employé. La question de l’orthographe prise isolément reste donc bien trop restrictive et partielle. Il est illusoire d’espérer réduire ces difficultés par l’intermédiaire d’une baisse du niveau des exigences en orthographe, cela finira au contraire par accroître les difficultés des élèves déjà fragiles en français.

Privilégier la stabilité de la langue au profit des connaissances

OrthographeL’apprentissage et la maîtrise de la langue doit s’effectuer le plus loin possible des polémiques et considérations politiques. Nous pensons que c’est seulement en maintenant un bon niveau d’exigence dans l’apprentissage progressif des structures de la langue que nos élèves seront les mieux à même de s’assurer maîtrise et richesse de la langue.

L’orthographe constitue un des trois piliers de l’apprentissage de la langue française avec la grammaire et la conjugaison : une bonne maîtrise passe par l’acquisition de bases très solides dans ces trois domaines. Ces connaissances ne sont pas utiles dans le seul cadre scolaire mais bien tout au long de la vie, de plus en plus d’employeurs étant sensibles non seulement à l’orthographe mais aussi aux qualités rédactionnelles. Par ailleurs, elles seront un véritable atout dans l’apprentissage d’autres langues et l’acquisition de leurs structures linguistiques.

Le besoin toujours plus important de communication ne doit pas nous incliner à baisser nos exigences mais doit au contraire nous inciter à un entraînement régulier et toujours soutenu pour maîtriser les subtilités du français et ainsi s’assurer précision, réflexion et richesse lors de nos échanges.

C’est en tous cas ce cap que nous conservons chez Cours Legendre à distance : pas de compromis sur le niveau d’exigence en orthographe ni en grammaire et conjugaison pour que chaque élève puisse acquérir les clés d’une expression sans faute ! Pour vous aider à garder un bon niveau en orthographe, nous vous recommandons de vous entraîner régulièrement avec l’un de nos manuels « Réussir en orthographe » !