Fermer

Pour toute demande d'information, merci de nous contacter au 01 42 71 92 57 ou de remplir le formulaire ci-dessous

Message bien envoyé

Votre demande d'information est bien transmise, nous vous répondrons dans les plus brefs délais

Faire face à la réforme du collège avec l’enseignement à distance

Assemblée Nationale

Vous n’y avez sans doute pas échappé, la réforme du collège fait beaucoup parler d’elle ces dernières semaines, notamment en ce qui concerne la refonte des programmes.

Les premières informations parues dans les médias ces dernières semaines inquiètent en effet certains parents et enseignants.

Mais avons-nous réellement les clés pour comprendre cette réforme et ses enjeux ? Nous vous proposons ici quelques éléments  de décryptage.

Que comprend la réforme du collège ?

                La réforme du collège doit entrer en vigueur dès la rentrée de Septembre 2016, mais continue à soulever beaucoup de questions. Nouvelle organisation, nouveaux bulletins, nouveau brevet : les bouleversements sont nombreux et impactent de manière directe l’expérience scolaire des élèves. Qu’en est-il concrètement ?

De manière générale, la réforme du collège bouscule l’ensemble des dimensions de la vie des établissements, que celles-ci soient administratives ou scolaires.

Concentrons-nous sur le versant pédagogique de ces évolutions. En effet, il est important de bien saisir dans quelle mesure les programmes qui attendent les élèves de l’enseignement public leur font risquer la perte de l’envie de l’effort intellectuel et du goût d’apprendre.

Focus sur les programmes 

                 L’expérience scolaire de l’élève est directement impactée par ces modifications rentrant en vigueur pour la rentrée. Mais ce n’est ici que le côté visible de la réforme du collège. En effet, les évolutions se font également ressentir dans les programmes et contenus pédagogiques.

 S’appuyer sur la mort de Claude François pour un exercice d’électricité dans la thématique « corps, santé, bien-être et sécurité » en sciences physiques et en SVT (exercice retiré après une polémique, et qui par ailleurs comportait une grossière approximation scientifique sur la conductivité de l’eau), étudier le genre épistolaire à partir d’un texto de rupture amoureuse ou l’étude de punchlines sont quelques anecdotes révélatrices des profonds changements qui se dessinent dans chaque matière.

                Les matières fondamentales comme les Mathématiques ou le Français sont directement touchées. La réduction du nombre d’heures d’enseignement dans ces matières entraîne assez logiquement un appauvrissement des contenus et une baisse des exigences pédagogiques :

  • En Français, l’élément le plus frappant réside dans l’abandon progressif de l’apprentissage de la grammaire et de l’orthographe. Ces dimensions essentielles au développement intellectuel de l’élève ne seront plus abordées pour elles-mêmes mais directement au service de la compréhension et de la production écrite et orale. Par exemple, on pourra profiter de l’étude d’une pièce de théâtre pour faire observer aux élèves la conjugaison du présent dans les dialogues ou la ponctuation spécifique du registre théâtral. L’heure n’est plus à l’apprentissage systématique des règles du français mais plutôt à l’observation et à la découverte par l’enfant de celles-ci. Quant à l’aspect littéraire de la matière, celui-ci sera étudié non plus en fonction d’auteurs, d’œuvres ou de repères chronologiques mais par l’intermédiaire de 4 grandes thématiques (« grandes thématiques en français : « Se chercher, se construire », « Vivre en société, participer à la société » ; « Regarder le monde, inventer des mondes » et « Agir sur le monde »). Cela se traduit notamment par le fait que l’on préfèrera à l’étude des grandes œuvres littéraires et des grands auteurs celle d’articles de journaux ou encore de sites web.

 

  • En mathématiques, l’introduction dès le collège d’un enseignement relatif à l’algorithmique s’inscrit parfaitement dans l’air du temps mais au détriment de nombreuses notions de géométrie, d’arithmétique ou encore d’algèbre qui passent à la trappe. Par ailleurs, il est bien étonnant de vouloir à la fois développer l’algorithmique tout en supprimant les cours de logique mathématique. Ces disciplines sont pourtant fondamentales pour l’apprentissage et le développement de l’élève. La géométrie, par exemple, fait travailler l’exercice de la démonstration aux élèves en leur permettant de mobiliser à la fois des éléments de savoir, leur intuition et la construction d’un raisonnement.

Ce ne sont pas seulement le français et les mathématiques qui sont touchés par cette refonte des programmes et des contenus pédagogiques mais bien l’ensemble des matières du collège.

Face à cette situation, quelle position avons-nous choisi d’adopter ?

 

Notre position

                Si elle doit remplir des missions d’enseignement et de socialisation, l’école ne doit pas abandonner sa mission première qui est d’amener les élèves à leur meilleur niveau, et à se dépasser. Le savoir n’est pas seulement un ensemble de connaissances empilées qui doit permettre à l’élève de s’orienter dans la vie de tous les jours, mais il permet également de cultiver sa curiosité et de nourrir sa soif de découverte.

                Les Cours Legendre à Distance prennent très à coeur ces questions de stimulation et de développement intellectuel de l’enfant. Nos programmes d’enseignement conçus par notre équipe pédagogique depuis plusieurs dizaines d’années sont et resteront bien sûr compatibles avec ceux de l’Education Nationale mais ils ne peuvent se contenter de ces directives qui dessinent un apprentissage à minima et à la baisse.

                 Par exemple, nos cours de français resteront systématiquement complétés par un véritable cours à part entière d’orthographe-grammaire pour assurer une pleine acquisition des structures de la langue. Ce n’est qu’avec ce type d’exigence que les réussites scolaires peuvent se construire !

Les possibilités offertes par notre école d’enseignement à distance sont nombreuses.

                 D’un côté, nous continuerons à vous proposer des programmes construits avec rigueur et exigence. D’un autre côté, nos élèves ne pâtissent aucunement d’une réduction des heures d’enseignement dans les matières fondamentales : ils peuvent continuer à progresser à leur rythme et ainsi s’assurer une acquisition solide et structurée des connaissances fondamentales que l’on attend d’eux au collège.

En synthèse, nous maintenons notre conviction que l’école ne doit pas se contenter d’objectifs minimaux pour l’élève et que l’apprentissage ne peut être réduit à l’apport de réponses simplifiées et toutes faites pour tenter de répondre aux problèmes de la vie de tous les jours.

Face aux évolutions promises par la réforme du collège de la rentrée 2016, notre école d’enseignement à distance constitue une véritable alternative pour concilier profondeur et qualité de l’apprentissage puisqu’il n’y est pas question de parler d’appauvrissement de nos contenus pédagogiques. 

Bon courage à tous, que vous soyez ou non élèves de Cours Legendre, bonne chance à nos élèves pour les épreuves du baccalauréat et du brevet et excellente fin d’année scolaire 2015/2016 !