Fermer

Pour toute demande d'information, merci de nous contacter au 01 42 71 92 57 ou de remplir le formulaire ci-dessous

Message bien envoyé

Votre demande d'information est bien transmise, nous vous répondrons dans les plus brefs délais

Bac français : les conseils pour réussir l’oral !

Bac français - réussir son oralLa fin de l’année scolaire approche à grands pas ! Pour ceux qui terminent leur année de Première, l’oral du baccalauréat de français est particulièrement redouté : peur du trou de mémoire ou bien encore de perdre ses moyens, les angoisses peuvent être multiples et paralyser le candidat devant l’examinateur. Cette épreuve constitue donc un véritable exercice de style qui se prépare !

 Voici nos derniers conseils avant la dernière ligne droite !

 Avant l’examen : la maîtrise des textes plutôt que le par cœur

  • Préparez des fiches sur les différents textes qui composent votre liste, c’est une excellente méthode de révision. Ces fiches doivent vous permettre d’organiser vos connaissances et d’acquérir une pleine maîtrise de celles-ci pour les étoffer et les développer le jour de l’épreuve. Au-delà de l’exigence d’une véritable lecture analytique de l’extrait de roman ou du poème étudié, elles peuvent être complétées par des informations complémentaires qui feront la différence le jour de l’épreuve, par exemple des éléments sur l’auteur, le mouvement littéraire auquel il a appartenu, la place de l’œuvre dans ses écrits mais aussi le contexte social, politique dans lequel celle-ci s’inscrit.
  • Révision oral bac de françaisRéfléchissez aux questions possibles le jour de l’examen et à la façon dont vous pourriez y répondre afin de ne pas être surpris et de mettre toutes les chances de votre côté.
  • Entraînez-vous à l’oral : cette mise en situation avec l’aide d’un proche ou d’un(e) ami(e) peut être judicieuse pour parfaire votre diction, votre aisance à l’oral ou bien encore pour tenir dans les limites de temps imparties. Vous pouvez aussi vous enregistrer pour vous chronométrer et essayer de repérer et d’éliminer toutes les petites fautes ou tics de langage comme les « voilà » ou « bref » qui peuvent venir parasiter votre exposé.

Le jour de l’examen : bien négocier la préparation de votre passage

Le contenu

Les trente minutes de préparation qui vous sont accordées au début de l’examen doivent être mises à profit pour construire au mieux votre raisonnement. C’est le moment pour vous de bien analyser la question proposée par l’examinateur et de prendre le temps de la décortiquer. L’examinateur n’attend pas de l’élève qu’il récite son cours mais qu’il devienne autonome de celui-ci pour construire une problématique et un véritable raisonnement autour de celle-ci.

Il est fortement déconseillé de rédiger l’ensemble de votre préparation au brouillon. Cela aura en effet tendance à absorber votre attention durant votre passage et transformera votre présentation en une simple lecture de notes. Vous pouvez rédiger votre introduction mais construisez votre plan en inscrivant les idées principales que vous voulez développer dans chacune des parties, sous formes de tirets par exemple. Faites attention également à l’équilibre entre les parties de votre développement et à la clarté de votre raisonnement.

Munissez-vous de marqueurs de différentes couleurs pour bien repérer dans le texte les passages sur lesquels vous vous appuyez. Le plus important est que votre préparation vous permette d’être le plus clair possible durant l’exposé.

Enfin, ne faites pas trop long, l’exposé ne peut excéder 10 minutes, gardez des connaissances en réserve pour la deuxième partie de l’épreuve.

L’entretien qui suit doit vous permettre d’approfondir le travail effectué durant la présentation par l’intermédiaire d’une ou plusieurs questions de l’examinateur. Rappelez-vous qu’il n’est pas là pour vous piéger mais pour vous accompagner dans ce questionnement où développement et articulation des idées sont les clés de la réussite.

En faisant appel à des textes et des auteurs qui font partie de votre liste, et en convoquant d’autres références culturelles, cinématographiques, musicales ou bien encore artistiques qui peuvent appuyer votre argumentation, vous montrerez votre aisance.

Le plus important est de vous montrer autonome dans votre réflexion pour ainsi éviter de nouvelles questions qui pourraient vous déstabiliser mais aussi pour soulager l’examinateur de devoir vous relancer constamment.

Pour la conclusion, rappelez-vous qu’une ouverture pertinente s’effectue dans une certaine continuité avec le texte mais aussi sur une question que vous maîtrisez, qui pourra être le point de départ de l’entretien avec l’examinateur.

La présentation de votre oral 

Soyez détendu durant votre passage et veillez à bien vous détacher de vos notes pour montrer que vous êtes à l’aise avec le texte et la question posée. Il est conseillé d’alterner le texte et vos connaissances pour produire une réflexion personnelle et structurée.

Faites bien attention à votre langage en utilisant un vocabulaire qui soit le plus précis possible tout en faisant des phrases courtes pour ne pas vous perdre dans vos pensées.

Adoptez une attitude volontaire et dynamique qui vous permettra de captiver votre auditoire sans pour autant tomber dans un véritable show.

Pour conclure, l’oral est en une prestation qui nécessite d’aller chercher vos talents d’acteur : souriez, montrez que cela vous plait d’argumenter sur une question donnée et acceptez la critique pour faire de cet entretien une véritable discussion littéraire. Il ne nous reste qu’à vous souhaiter bonne chance et bon courage pour cet oral !