Fermer

Pour toute demande d'information, merci de nous contacter au 01 42 71 92 57 ou de remplir le formulaire ci-dessous

Message bien envoyé

Votre demande d'information est bien transmise, nous vous répondrons dans les plus brefs délais

« Nous sommes sur le bon chemin, vous nous avez sauvés. »

Témoignage de la maman d’Adrien*, élève de 3ème au Cours Legendre à distance pour l’année 2017/2018.

*Le prénom a été modifié pour garder l’anonymat.

 

  • Pourquoi avez-vous décidé que votre fils Adrien suive un enseignement à distance ?

 

Au départ, c’est un concours de circonstances d’un drame familial. En septembre 2014, Adrien devait entrer en 6ème dans un nouveau collège et mon ex-mari nous a annoncé qu’il était très malade, et qu’il allait bientôt mourir. Il est décédé au mois d’août 2015.

Suite au décès, Adrien a toCollégien faisant ses devoirsut de même fait son entrée en 5ème mais j’allais voir tous les matins les encadrants au collège pour leur dire qu’il n’était évidemment pas en forme. Malgré les sourires que les instituteurs me faisaient, 2 signalements ont été envoyé à l’Education Nationale pour absentéisme et sans réactivité de ma part, le dossier serait parti chez le Procureur. 

Je me suis donc retrouvée obligée d’inscrire Adrien au CNED. J’avais deux assistantes sociales dont une qui ne comprenait pas pourquoi cet enfant ne retournait pas à l’école malgré le décès de son père puisqu’il ne vivait pas tout le temps avec lui… J’ai entendu des choses absolument immondes, cela a été un cauchemar. Adrien n’avait qu’une seule peur, c’était de perdre sa mère et qu’on nous sépare.

 

  • Pourquoi avez-vous choisi le Cours Legendre à distance ?

J’ai eu un contact avec l’association « L’école à la maison », qui m’a beaucoup soutenue et qui m’a dit qu’il existait des écoles privées autres que le CNED.

Après une enquête sur le Cours Legendre à distance et 10 de ses concurrents, j’ai choisi cette école car j’avais eu un très bon contact avec l’un des responsables pédagogiques à qui j’avais expliqué tous nos malheurs et qui avait été très gentil et très ouvert.

Depuis, le Cours Legendre à distance a accepté Adrien tel qu’il est, c’est-à-dire avec un grand malheur récent dans sa vie et en tant qu’élève ayant subi du harcèlement scolaire à l’école parce qu’il n’apprenait pas ses leçons après le décès de son père.

 

  • Voyez-vous une évolution dans les notes et comportement d’Adrien depuis son inscription au Cours Legendre à distance ?

Absolument. Vos cours sont concis, bien conçus, clairs. Je trouve qu’ils sont bien présentés, c’est agréable à lire. Ce n’est pas comparable avec le CNED pour lequel c’était très lourd.

 

  • Comment organisez-vous votre emploi du temps avec Adrien ?

J’ai été obligée de prendre le rôle de répétitrice puisqu’Adrien n’arrivait pas à travailler au début. Il se mettait à pleurer, c’était très dur. Petit à petit il a réussi à se reconcentrer et à travailler un peu seul sur certaines matières comme les Mathématiques, les Sciences Physiques et l’Histoire-Géographie. En revanche, en Français et en langues, je l’aide un peu car il a subi tellement de harcèlement qu’il s’est beaucoup dévalorisé et il a perdu confiance en lui. C’est un travail de reprise de confiance en lui que nous menons avec le Cours Legendre à distance, et cela fonctionne.

J’ai du temps pour m’occuper de mon fils et ma principale activité est de le remettre en autonomie totale et qu’il affronte sa Première et sa Terminale avec entrain.

 

  • Comptez-vous continuer la scolarité d’Adrien à distance pour le lycée ?

Sans doute oui. Actuellement Adrien n’est pas du tout capable de réintégrer un collège traditionnel ni de ré-affronter un plein temps. Pour l’instant, il ne peut pas travailler toute une journée, il n’a pas cette concentration. Cela lui causerait beaucoup de fatigue et physiquement il ne pourrait pas tenir.

Pour le moment il continue au Cours Legendre à distance, son état actuel ne permet pas de se projeter si loin. Adrien va de mieux en mieux mais je préfère le laisser finir de faire son deuil. Il n’y a que depuis  qu’il est inscrit au Cours Legendre à distance que nous respirons un peu et que nous avons moins peur.

 

  • Quels sont les échanges que vous avez avec l’équipe pédagogique du Cours Legendre à distance ?

Je donne des nouvelles d’Adrien régulièrement, j’appelle tous les 2-3 mois pour dire ce qu’il se passe pour lui et quelquefois c’est directement l’équipe pédagogique qui m’appelle. J’ai proposé à Adrien de rencontrer l’équipe car cela me l’avait été proposé. Pour l’instant ce n’est pas possible pour lui, il est trop dans l’émotion et a encore trop peur du jugement des adultes de manière générale suite à son harcèlement. Mais je pense que cela va venir car il va vraiment beaucoup mieux par rapport à l’année dernière.

Le Cours Legendre à distance a récemment accepté son inscription en 3ème alors qu’il n’a pas encore terminé sa 4ème et cela lui a fait vraiment plaisir, je l’ai vu dans ses yeux. La semaine dernière, il était différent, je pense que ça l’a boosté de recevoir ses cours de 3ème. Le fait de ne pas avoir de retours négatifs de la part du Cours Legendre à distance joue beaucoup aussi. Les commentaires sur les devoirs ne sont pas négatifs, ils sont objectifs.

Je trouve que même vos professeurs ont l’air proches de leurs élèves même s’ils ne les rencontrent pas ou peu. Ils sont présents si on a besoin d’eux, je peux appeler s’il y a un problème. Adrien sera sans doute bientôt plus autonome et finira par appeler lui aussi. Il a besoin de reprendre confiance en lui et reprendre confiance envers les autres et les adultes mais nous sommes sur le bon chemin en tout cas, heureusement que vous êtes là, vous nous avez sauvés !

Je protège toujours Adrien de la meilleure manière que j’ai pu faire jusqu’à maintenant et je suis sûre que s’il continue à se mettre au travail et qu’il parvient à se reconcentrer, les choses vont avancer et redevenir comme elles étaient.

En tout cas, l’équipe du Cours Legendre à distance est formidable, très à l’écoute et prend même soin de nous j’ai l’impression. C’est super, il faut continuer !