Fermer

Pour toute demande d'information, merci de nous contacter au 01 42 71 92 57 ou de remplir le formulaire ci-dessous

Message bien envoyé

Votre demande d'information est bien transmise, nous vous répondrons dans les plus brefs délais

Leave this empty:

Demande de téléchargement

Vous avez demandé à télécharger notre . Nous allons vous envoyer un email contenant le lien pour l'obtenir. Merci d'indiquer votre email:

Ecole à la maison et socialisation : 3 fausses croyances

Encore marginales en France, les pratiques de scolarisation à la maison sont toutefois en augmentation. Les derniers chiffres[1] indiquent qu’environ 0,36% des enfants français âgés de 6 à 16 ans suivent une instruction à domicile. Aux Etats-Unis, le homeschooling concerne 3% de la population d’âge scolaire et suit également une courbe ascendante car il correspond aux attentes de plus en plus de familles. Pourtant de nombreuses idées reçues circulent encore sur ce mode de scolarisation, en particulier sur le risque d’isolement social de l’enfant. Voyons ce qu’il en est dans la réalité…

 

Fausse croyance #1 : un enfant scolarisé à domicile a moins d’amis  

C’est l’une des premières inquiétudes exprimées par les familles envisageant l’école à domicile. Le fait de ne plus se rendre chaque jour à l’école représente-t-il pour l’enfant  un risque de perte de liens amicaux structurants? L’expérience montre qu’il s’agit surtout d’une idée reçue, comme l’explique la mère de Maylis, élève de 4ème aux Cours Legendre à Distance :

« Ma crainte au départ était le manque de socialisation et j’ai été agréablement surprise : Maylis continue à voir ses amis, mais dans un cadre finalement plus sain que le cadre scolaire, puisqu’il n’y a pas d’enjeu. Elle était en souffrance à l’école et maintenant tout se passe bien. »

L’école à la maison permet en effet dans de nombreux cas de passer d’une socialisation « subie » à une socialisation « choisie ». L’enfant n’est plus soumis à l’ambiance parfois difficile à vivre d’un établissement scolaire, il choisit ses relations et vit ses amitiés différemment.

Erick, élève de 3ème, confirme cette tendance :

« Au début, quand j’ai annoncé que j’allais partir du collège, on m’a dit que je n’allais plus voir personne, mais finalement, c’est tout le contraire ! Je sors plus souvent et je vois plus de monde mais en dehors du collège. J’ai l’impression d’être plus sociable qu’avant, donc j’y vois plus d’avantages que d’inconvénients. »

 

Fausse croyance #2 : Un enfant scolarisé à domicile fait moins d’activités extra-scolaires

Philippe Bongrand, maître de conférences à l’Université de Cergy-Pontoise et chercheur au laboratoire EMA – Ecole, Mutations, Apprentissage – qualifie cette croyance de « lieu commun ». La démarche d’école à domicile s’inscrit souvent, bien au contraire, dans des réseaux (voisinage, réseaux sociaux), sources d’une intense sociabilité. Il ajoute : « les familles qui ne scolarisent pas leurs enfants ne vivent pas recluses ».  D’autre part, dans le cadre de ses recherches, il a observé des familles « non scolarisantes » dont les relations semblent au moins aussi nourries que celles des familles d’enfants scolarisés dans un même établissement. Enfin il constate que ces familles fréquentent souvent, et peut-être même plus que d’autres citoyens, les espaces publics tels que les parcs ou les lieux culturels comme les médiathèques ou les musées. On est bien loin de l’image de la famille repliée sur elle-même et coupée de la société…

Les témoignages de nombreux parents vont dans le même sens. Il est vrai que l’école à domicile procure une liberté dans l’organisation de l’emploi du temps permettant de dégager des espaces extrascolaires peut-être plus importants qu’en scolarisation classique :

« Anaïs a désormais beaucoup plus de temps à consacrer à ses activités extrascolaires. Elle s’exerce à la poterie dans un atelier, elle fait de la musique et pratique l’équitation. Tout ceci lui permet d’entretenir le lien social indispensable à son épanouissement »  observe ainsi la maman d’une élève de 16 ans suivant les Cours Legendre à distance depuis trois années consécutives.

 

Fausse croyance #3 : il est impossible de retourner dans le système scolaire classique après avoir été scolarisé à domicile

Certaines familles font le choix d’une scolarisation à la maison dès la maternelle et durant l’intégralité du parcours de leur enfant. Mais dans la majorité des cas, le recours à l’école à domicile se présente comme une solution face à des difficultés rencontrées dans le système classique : harcèlement, phobie scolaire ou inadaptation au rythme de l’enfant par exemple… 

L’école à domicile permet alors à l’élève de retrouver plaisir d’apprendre et confiance en lui. En étroite collaboration avec les parents, les enseignants adaptent leur correction et leurs conseils dans le meilleur intérêt de l’enfant et dans le respect de sa singularité. Une fois ce lien renoué avec l’envie de progresser et la confiance, un certain nombre des élèves des Cours Legendre à distance choisissent de réintégrer le système scolaire présentiel classique. Pour cela l’établissement leur fait parfois passer un test de niveau que nos programmes permettent de réussir haut la main. Lever cette fausse croyance sur l’école à la maison rassurerait les parents hésitant à choisir une solution qui serait pourtant dans bien des cas salutaire.

Le pédopsychiatre Marcel Rufo suit de nombreux adolescents en difficulté et s’intéresse particulièrement à la phobie scolaire. Il a mentionné au cours de diverses conférences et interviews l’inutilité de vouloir maintenir à tout prix un élève en souffrance au sein de son établissement et l’intérêt des cours à domicile :

« La phobie scolaire correspond à une angoisse de la séparation. Dans ce cas, il faudrait apporter à l’enfant les cours à la maison, l’aider et, comme 70 % des phobiques scolaires, il retournera à l’école l’année d’après sans redoubler. » – Marcel RUFO

 

Les expériences de nombreuses familles prouvent au quotidien que le degré de socialisation d’un enfant n’est aucunement corrélé au temps de présence en établissement scolaire. Un enfant épanoui, bien dans sa peau et confiant en ses capacités mobilisera facilement ses aptitudes sociales pour aller vers les autres, qu’il évolue en milieu scolaire traditionnel ou à l’extérieur.

 

Pour en savoir plus : https://cours-legendre-ead.fr/lecole/qui-sommes-nous/#qui-sommes-nous

 

[1] Source : laboratoire EMA (Ecole, Mutations, Apprentissages), Université de Cergy-Pontoise

 

Cette page vous a plu ? Partagez-la !